POURQUOI LE BIOME ?
L'état de la biodiversité montre des signes de faiblesse alarmants et ce partout à travers le monde. En moins de 100 ans l'homme a entamé la plus grande vague d'extinction des espèces de l'histoire de l'humanité, parfois par méconnaissance, souvent par cupidité et intérêt commercial

1 mammifère sur 4
1 oiseau sur 8
1 tiers des amphibiens
70 % des plantes
sont en danger d'extinction

L'activité humaine mal maitrisée de ces 50 dernières années a engendré des atteintes graves à notre environnement et déclenché la plus importante et la plus massive extinction d'espèces de l'histoire. 1 mammifère sur 4, 1 oiseau sur 8, 1 tiers des amphibiens et 70 % des plantes sont en danger d'extinction, soit un taux 100 fois plus élevé que le taux naturel de disparition. Plus de 16 000 espèces sont en danger de disparition et plus de 700 ont déjà disparu.

Malgré les efforts et les multiples initiatives de conservation des espèces, la disparition d'une partie importante d'entre elles semble inéluctable notamment sur les points chauds de la planète.

biodiversite
UN MAILLON DE LA CHAÎNE DE CONSERVATION
Les espèces animales font partie du patrimoine inaliénable d'un pays, l'extinction d'un nombre significatif d'entre elles met gravement en péril les équilibres écologiques internationaux et les hommes qui en dépendent. Leur retour dans leur milieu d'origine est donc indispensable et indissociable des actions de protection des écosystèmes et de la restauration de leur équilibre.

Fort de ce constat et suite à la demande de mobilisation de l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature en vue d'enrayer le phénomène, un groupe de naturalistes et soigneurs animaliers a mis en place une initiative unique : une station zoologique d'élevage, dont les espèces sont destinées exclusivement à retourner dans la nature ; Le biome

Parmi les 10 priorités édictées par la France à l'occasion de l'année internationale de la Biodiversité, il est demandé le renforcement de l'implication économique dans la préservation de la biodiversité, précisant que de nouveaux outils doivent être pensés pour financer la protection de la nature.

L'ouverture au public d'une partie de l'établissement permet donc de répondre à cette priorité et de générer des fonds dont la totalité est réinvestie dans les opérations de conservation. Ainsi, chaque année un minimum de 500 000 euros sont consacrés à la protection des espèces animales en voie d'extinction, et ce, dès la première année d'exploitation.

Devant la gravité de la situation, l'ensemble des organisations internationales et notamment l'UICN appelle à la mobilisation de chacune des énergies, des matières grises et des ressources économiques pour relever le défi de la conservation de cette diversité biologique indispensable à toute vie sur terre. C'est en droite ligne avec cette mobilisation d'énergie et de motivation que s'inscrit Le biome.